21/03/2018

5 conseils pour bien acheter et stocker votre bois de chauffage

Vous venez peut-être d’investir dans une cheminée Rüegg et vous souhaitez de bons conseils pour vous approvisionner en bois ? Vous tombez bien ! Voici quelques points fondamentaux à connaître avant d’acheter du bois de chauffage.

Et si vous pensez qu’à l’approche de la fin de la saison de chauffage il est un peu tard pour aborder ce sujet, détrompez-vous ! Il n’y a pas meilleures saisons que le printemps et l’été pour prendre cette initiative !

1. Choisir le bon bois

Quels sont les types d’essences de bois ?

Vous le savez peut-être déjà, certains bois conviennent mieux que d’autres pour se chauffer. On distingue trois grands groupes d’essences de bois classés selon leur pouvoir calorifique :

  • idéalement on utilise des bois feuillus durs (charme, chêne, hêtre, frêne, orme et érable) qui offrent toujours un aspect très dense.
    Ils fournissent en moyenne 2 000kWh par mètre cube.
  • le deuxième compte le châtaignier, l’acacia et les fruitiers qui en produisent environ 1700 kWh par mètre cube.
  • enfin, les résineux (pin, épicéa) sont riches en sève, brûlent vite mais en crassent davantage les installations.
    D’apparence peu dense (sauf les bois de montagne), ils produisent environ 1 600kWh par mètre cube.
    Nous le recommandons uniquement pour l’allumage en petit bois ou en bûche de petit calibre.

Si vous craignez de ne pas savoir reconnaître le bois qu’il vous faut, pensez aux produits portant la certification NF bois de chauffage ou aux revendeurs labellisés France Bois Bûche, comme le recommande l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME).
Ils sauront vous livrer et vous conseiller sur le combustible le plus adapté à vos besoins, en plus de garantir un taux d’humidité optimal (inférieur à 20%).

Le degré d’humidité : un critère fondamental

Et justement, parlons du taux d’humidité ! Sans doute plus important encore que l’essence même de bois, en ce qui concerne la chauffe, il y a une vraie différence entre le bois sec et le bois humide. Si vous avez commandé du bois sec, les bûches doivent présenter une section où le bois devrait être majoritairement grisâtre ou brunâtre avec des petites fissures souvent en étoiles.

En toute logique, aucun bois sec ne doit être lourd puisqu’il a perdu beaucoup d’eau. On peut aussi observer de près la jonction entre écorce et bois. Avec du bois bien sec, on devine nettement que l’écorce tend à se séparer du bois. Aussi, il ne devrait jamais y avoir de traces verdâtres.

Le saviez-vous ?

Un faible taux d’humidité garantit une faible émission de fumée et de gaz à effet de serre.
De plus il garantit un rendement élevé par une combustion optimale du bois et offre une restitution calorifique maximale. Sachez également que les vitres se salissent moins rapidement lorsque l’on utilise un bois bien sec.

Une petite astuce

Découvrez à travers cette vidéo étonnante comment l’on peut facilement savoir si son bois est assez sec pour être utilisé grâce à du liquide vaisselle !

2. Acheter son bois au bon moment

Il est préférable d’acheter son bois au printemps ou durant l’été. En dehors des périodes de chauffe, les fournisseurs disposent de plus de stock et donc de plus de choix.

Acheter du bois durant cette saison présente aussi un avantage économique, puisque le bois est parfois vendu moins cher qu’en plein hiver et il est plus facile de négocier. Évidemment, les fournisseurs, bien moins surchargés durant les beaux jours, pourront prendre davantage le temps pour vous conseiller.

Pour faire plus d’économies encore, vous pouvez acheter du bois fraîchement coupé et le faire sécher vous même. Pour garantir un bois suffisamment sec, il est nécessaire de le stocker dans les conditions énoncées plus bas pendant au moins deux ans.

Comment bien conserver votre bois de chauffage pour conserver ses propriétés ?

3. Choisir un abri au sec et aéré

Que ce soit une cabane de jardin ou encore un hangar, votre bois de chauffage doit être conservé à l’abri, au sec, dans un endroit bien ventilé. Vous pouvez très bien conserver votre bois à l’extérieur. Pour cela, choisissez une place bien ensoleillée, face au vent sans être trop exposée aux intempéries qui rendront votre bois humide.

Fabriquez un appentis en bois ou en tôle pour le protéger. Il est très important de laisser de l’air circuler entre l’appentis et le bois pour éviter la condensation. Dans cette même optique, veillez à ce que votre bois soit décollé du sol en le posant sur des palettes, mais également
du mur.

4. Privilégier une bonne stabilité

Empilez correctement votre bois pour bien le laisser respirer, notamment en évitant de trop serrer les bûches entre elles. Dans l’idéal, il est judicieux d’empiler plusieurs rangées en alternant une rangée de bûches disposées les unes à côté des autres avec une rangée de bûches placées de façon perpendiculaire.

5. Rentrer les bûches dans sa maison avant l’utilisation

Si vous conservez votre bois à l’extérieur, n’oubliez jamais de stocker quelques bûches à côté de votre cheminée environ 24h avant de les mettre au feu. Leur pouvoir calorifique ensera amélioré grâce à cette température ambiante qui leur permettra de favoriser leur dernier séchage.

Vous hésitez encore à vous chauffer au bois ? Notre livre blanc saura vous convaincre !

bois de chauffage